Je ne me résous pas à "diaboliser le système bancaire";

à mon sens, les banques agissent comme elles doivent agir en fonction de ce qu'elles gèrent, à savoir les avoirs monétaires bancaires (leurs passifs ou dépôts) et les crédits accordés (leurs actifs).

Cela revient à dire que les actifs doivent générer un peu plus que ne leur coûtent les actifs.

Dans le contexte actuel, elles cherchent bien des placements les plus rentables possibles face à des débiteurs déjà surendettés!

Beaucoup de débiteurs sont même devenus carrément insolvables!

Le fait que toute cette dette est de plus en plus rachetée par les pouvoirs publiques aura pour effet de rendre de plus en plus d'états, les plus endettés et les moins puissants en premier, insolvables, car leurs rentrées (fiscales) normales ne suffisent tout simplement plus pour servir cette dette.

Ce scénario est vrai pour le tiers monde, l'Afrique notamment, depuis trente ans déjà, mais toute l'Afrique ne représente que quelques 1 ou 2% du PIB mondial, elle est, de fait "négligeable" et donc négligée dans ce contexte.

Mais le scénario s'étendra inexorablement!

Déjà l'Islande, l'Irlande, La Grèce, l'Italie, l'Espagne et le Portugal sont au bord du gouffre, plusieurs grand pays est-européens, la Hongrie, la Pologne, la Lituanie et d'autres sont dans le même cas. L'Argentine était dans ce cas en 2000.

Eh bien, que se passe-t-il alors?

On ne peut, sans risque de déstabiliser le tout, laisser tomber ces pays qui représentent beaucoup plus dans le PIB mondial, d'autant que ces pays (l'Italie et l'Irlande, l'Espagne et le Portugal  et l'Islande notamment) ne sont pas exactement "pauvres" quant à leur poids PIB!

En ne les laissant pas tomber, le domino continuera et atteindra fatalement les pays les plus puissants. La Californie est déjà en cessation de paiement et sous perfusion!

Autrement dit, la prochaine crise financière est maintenant une question de jours, fin 2009 peut-être?

Et cette crise-là, combien faudra-t-il alors injecter via les banques centrales et/ou le FMI?

En tout cas, on doit redouter le fait que les créanciers, en clair les 5 ou 10% les plus riches (personnes physiques) et parmi ceux-ci notamment les quelques (un millier pour le monde) milliardaires, n'auront pas très envie d'cheter des créances auprès des des états devenus généralement insolvables.

Si nous avons aimé le credit crunch nous adorerons le credit stop!

Quels que soient les montants émis, ce scénario est hautement probable très prochainement!

Les milliardaires provoqueront-ils, pour continuer à "ne pas perdre leurs rentes", l'arrêt de l'économie?

A genoux, nous verrons alors ramper les Sarkozy et Obama, Brown, Merkel, et les autres dirigeants pour qu'ils veuillent bien gentiment prendre en main non pas la moitié de la fortune mondiale (ils l'ont déjà!) mais la quasitotalité!

A genoux, il leur sera demandé de prendre toutes les usines, toutes les maisons, toutes les routes, toutes les ressources - en un mot, tout le pouvoir, en échange de quoi les armées des pays dits "démocratiques" seront  mises à leur disposition pour mater les révoltes qui suivront.

Si le G20 ne décide pas, avec l'aide des banques centrales, une réforme de l'émission monétaire en émettant une monnaie anticrise, ce scénario me semble in éluctable; je prends date en espérant que le pire ne sera pas le pire!

à+,jf