Bonjour,

Merci pour votre courriel. Je connais bien le principe de la monnaie fondante. J'ai lu Silvio Gesell, cela m'a enthousiasmé; j'ai écrit un bouquin sur les monnaies complémentaire et fondantes (rendre la création monétaire à la société civile - Ed Yves Michel) - Je soutiens le système SOL.... etc... Mon but, au travers de ces textes et propositions n'est pas de décrire les principes d'une nouvelle économie, mais de proposer quelque chose qui soit applicable dès maintenant, dans l'urgence du moment. Ce ne sont pas  les visions d'autres systèmes possibles qui manquent; ce qui manque ce sont les ponts, les étapes pour y parvenir. Beaucoup de projets sont encore trop "révolutionnaires" pour être compris et acceptés par l'opinion publique. Car l'économIe, c'est avant tout une science humaine, un ensemble de règles que les gens se donnent entre eux pour produire et échanger ce qui est nécessaire à leur vie et bien être. Et si ces règles ne sont pas comprises, le système le plus parfait sur le papier ne sera soit pas appliqué (comme le crédit social qui est
pourtant une brillante idée) soit conduira à une catastrophe.
La majorité des gens se plaignent et n'aiment pas le monde tel qu'il est. Beaucoup depuis peu se rendent compte que le système monétaire est foireux et découvrent avec stupeur que l'on est parvenu à sortir d'un
chapeau des milliers de milliards en qq semaines alors qu'on ne cesse de nous répéter au quotidien qu'on n'a pas les moyens et que donc on ne peut pas faire ceci ou cela.
Nous sommes dans un monde où règne  une "élite auto proclamée" qui a mis au point un système qui garantit que l'argent, où qu'il soit émis, revienne dans les poches de l'émetteur augmenté d'un intérêt. Nous sommes dans un monde où l'ignorance sur ce système, rendu d'une opacité telle que les spécialistes eux-mêmes ne sont pas d'accord sur la façon dont il fonctionne, pèse plus lourd qu'une chape de plomb. Ainsi, avant qu'un nouveau système plus équitable puisse voir le jour, il faut que les gens aient compris en premier qu'ils sont tenus en esclavage par le système actuel (la plupart croient qu'ils sont libres et que c'est le système qui donne cette liberté!) et qu'ils désirent donc changer.
Pas de problème pour alimenter les visions à terme- seuls des buts créent les perspectives - mais on ne peut pas aller plus vite que la musique. Pour l'heure, la première des choses à faire comprendre, et celle qui soit à la portée de compréhension de tous, c'est que la monnaie est un outil collectif et non privé. C'est une simple question de légitimité:
La richesse est produite par les peuples, la gouvernance de l'argent, symbole de la richesse créée, revient donc de droit aux peuples.
Dès lors, les peuples peuvent émettre leur monnaie sans intérêt et sans nécessité impérieuse de la rembourser, sur des critères prioritaires de bien commun et non de profits financiers pour quelque uns. Ce premier pas est simple, techniquement facile à mettre en œuvre et acceptable par l'opinion publique.
Le but des propositions que je soutiens est d'opérer cette première mutation. Et c'est déjà énorme, car c'est sonner le glas de la dynamique qui assure à cette élite son pouvoir et ses possessions. Alors ne rêvons pas. Intuile pour le moment d'aller trop loin dans les propositions révolutionnaires. Tachons de faire admettre  à l'opinion un simple principe de LEGITIMITE pour faire tomber la bastille des privilèes du système de monnaie privée. Cette fondation existante, il sera bien temps de poursuivre la construction d'un nouvel édifice. Si nous ne veillons pas à un certain pragmatisme nous restons des "rêveurs" pour le plus grand plaisir de ceux qui tirent les ficelles.

Bien cordialement
Philippe Derudder

Johannes FINCKH a écrit :
Cher Monsieur, je vous conseille mon blog pour vous éclairer! http://monnaiefondante.canalblog.com/
Je pense que la question de la "création monétaire" mérite que vous révisiez votre idéee de la création monétaire 'scripturale) par les banques!
Pourquoi alors les risques de faillite comme maintenant?
En fait, la création monétaire est forcément centrale, mais cette monnaie disparaît dans un trou noir (cf mon texte) au fur et à mesure qu'elle est émise. C'est cela, la crise systémique!