cher ami, j'ai commenté ton commentaire, mais je ne comprends pas pourquoi il ne passe pas, alors je t'écris ici: le rapport de forces, ok, je suis preneur, mais la force dans ce domaine c'est la force d'une idée, il suffit d'avoir assez d'adeptes pour passer - alors, quand les universitaires se reveilleront au lieu de rester cantonnés dans des discours à la mode sans queue ni tête, on avancera!

Jamais, jamais, la monnaie fondante n'a pu être réfutée avec des arguments techniques, mais nous nous heurtons à un silence, un refus de débattre qui semble heurter!

C'est comme du temps de Galilée (les bûcher en moins ? pas sûr!) : tant que l'on ne veut pas entendre qu'une chose ne peut pas être  gardée thésaurisée) et servir comme d'échange sans distinction claire, comme c'est bien ce qui se passe dans le capitalisme, les crises sytémiques sont inéluctables et de plus en plus fréquentes, une "révolution qui remplace les chefs" n'y changerait rien du tout!