Faisons l'hypothèse d'un PIB qui, l'année zéro serait ressenti comme suffisant pour satisfaire les acteurs économiques, riches et pauvres.

Or, nous constatons que l'année suivante, en cas de croissance nulle, il y a moins à distribuer sous forme de revenus de salaire et davantage sous forme de revenus du capital, du fait des intérêts dus au capital. Il en résulte que la crise sociale est inéluctable dans ce cas de figure!

Il en va autrement dans le système de la monnaie fondante, car les intér^ts s'inscrivent en baissent et finiraient par osciller autour de zéro. D'où un revenu constant ou décroissant pour les rrevenus du capital, et, en contre partie, des revenus à la hausse pour les revenus du travail!