Le principe est le même, mais je vais montrer ici à quel point les choses sont techniquement simples, pour ne pas dire enfantins et simplistes!

Mais, à la réflexion et en vérifiant tous les détails et toutes les conséquences, je ne vois pas pourquoi cela ne marcherait pas!

1) il est évident que la spéculation et la thésaurisation sont des passions vieilles comme le monde, capitaliste et même pré capitaliste!

2) pourquoi vouloir y aller contre dès lors que ce "besoin de sécurité" (ou besoin du jeu?) est à ce point universel?

3) je propose donc plutôt une forme de contournement qui concerne les billets effectivement circulants, à savoir les petites coupures, les 5, 10, 20 et 50 euros (même chose pour les dollars); on pourrait compléter la gamme avec l'émission de billets de 1 euro.

Quant aux grosses coupures, 100,200 et 500 euros, on les laisse inchangés et toujours thésaurisables si cela chante aux anxieux de leurs trésors!

5) pour les petites coupures, nous les dirons révocables !

Cela veut dire : à intervalles réguliers, par exemple tous les 15 du mois, une sorte de petite coupure sera échangée par la banque centrale, moyennant une taxe de l'ordre de 5% par exemple;

les banques et les commerces devront être chargées de procéder à ces échanges; qui sait, le commerce pourra s'en servir pour faire des animations commerciales autour de cela. Cela sera à coup sûr plus efficace que les ouvertures dominicales!

6) ainsi, le 15 prochain, cela frapperait par exemple (par tirage au sort) les billets de 50 euros, le mois suivant, les billets de 20, selon un tirage au sort comme le loto; la télévision semble le média tout indiqué pour une telle opération!

7) on pourrait même inclure un tirage blanc de temps en temps, mais toujours d'une façon aléatoire.

8) conséquence: face à une telle situation, il est évident que ces petites coupures subiraient une vive accélération de rotation;

les agents voulant se prémunir de tels aléa peuvent alors soit les dépenser entre temps, soit les porter à la banque, soit les échanger contre les grosses coupures qu'ils se chargeront ainsi de retirer eux-mêmes encore davantage de la circulation!

9) on pourra s'attendre à un retour de ces billets vers la BCE qui doit ainsi les reprendre, à condition de pratiquer la même retenue de 5% chaque fois qu'elle interviendra, évidemment.

10) personne ne pourra ainsi être accusé de vouloir supprimer la fonction "réserve de valeur" à laquelle restent attachés tous les bien-pensants! et libre à eux de tapisser leurs murs avec des billets de 500 euros!

11) effets sur les banques de dépôt et les commerces:

les banques de dépôt reprendront ces petites coupures avec une décote, surtout si elles sont amenées à en reprendre des grands volumes, car elles auront dès lors à re-financer le risque de la révocation  du 15 du mois (qui n'est pas certain mais possible, cf plus haut!); les banques les créditeront dès lors aux déposants avec une décote entre 1 et 5% selon un marché qui s'établira très vite (en quelques semaines de rodage); 

en demandant une décote trop forte, 5% étant la limite supérieure, les agents ne ramèneront pas ces billets et les utiliseront le plus possible dans leurs dépenses courantes: effet recherché! Mais en attendant le 15 du mois, les particuliers et les commerçants auront auront aussi le risque de la perte sèche...); quant aux commerces: ils s'y retrouveront largement, car cela stimule leurs ventes!

12) ces mêmes banques auront tout intérêt à remettre le plus possible les petites coupures en circulation, car, en le ramenant à la banque centrale, elles subiront une perte. Elles proposeront donc aux emprunteurs des conditions favorables pour les emprunter, elles baisseront d'elles-mêmes les taux d'intérêt.

13) au moment de la révocation des billets (de 50 euros par exemple), il est évident que 5% de leur masse disparaîtra. Cette somme (sur 2 Milliards par exemple cela fera tout de même 100 Millions en billets de 50 euros!) servira au coût de la procédure - qui coûte moins que cela!, et le reste devra alimenter las budgets publics, évidemment, car il s'agit d'une taxe qui doit profiter à tous les citoyens; la somme est marginale pour le budget public, mais il est nécessaire de la re-émettre, afin qu'il n'y ait pas d'effets déflationnistes.

14) la rapide circulation de la monnaie révocable aura cependant pour effet de représenter un certain effet "inflationniste", la réduction de la masse circulante liée à la révocation pourrait aussi participer au maintien de l'indice des prix.

15) cela ne suffira peut-être pas, la banque centrale devra alors pratiquer des retraits de petites coupures plus importants, en négociant avec les banques de dépôt par exemple (ou le commerce) des retraits exceptionnels et gratuits chaque fois que cela deviendra nécessaire en fonction de l'indice des prix).

16) inversement, en cas de manque de masse circulante (évolution déflationniste: baisse des prix...) la banque centrale remettra en circulation des billets supplémentaires via les budgets publics.

17) les billets nouveaux seront évidemment différents des anciens, car les anciens seront retirés moyennant -5%. Cela aura pour effet aussi d'empêcher la fausse monnaie.

18) les grosses coupures valent évidemment et circuleront comme actuellement (ou pas).

Johannes Finckh, Bordeaux